RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police
 VOYAGES
Accueil
Apprendre une langue
Associations de voyageurs
Avant de partir
Conseils
Dangers de voyager
Groupe de discussion «Voyages»
Guides touristiques
Orientation en voyage
Récits de voyages des membres
Restaurants
Santé -Voyages
Tour du monde
Un peu de tout
Véhicule volant
Voyage - aide
Voyages (Récits)
Voyages écoresponsables
Voyages en avion
Voyages pas chers: location, échange, ...
 
L’Afrique pour moi, c’est le Burkina Faso par Madeleine Martel

 

Voici ce que j’aurais aimé que mes amis reçoivent lors de mon premier séjour au Burkina Faso, en 2004, histoire d’échanger mes expériences, plus éprouvantes que je ne l’avais prévu, voilà pourquoi, valait mieux en rire malgré le tragique des situations.

En Afrique de l’ouest, le Burkina Faso est enclavé par le Mali, le Niger, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin. Ouagadougou, Ouaga pour les intimes est la capitale du « Pays des Hommes Intègres »  et c’est vrai!

Je vous mets en situation de ma mission.

Saco, un organisme subventionné par l’ACDI, donc vos impôts, envoie des retraités « flyés » ou non qui le désirent  aider des pays en voie de développement, des organismes ou des particuliers qui en font la demande. Donc ces retraités vont exercer ailleurs le métier ou la profession qu’ils ont pratiqué toute leur vie de travail. Je crois cette idée géniale, c’est pourquoi j’y ai adhérée.

Un peu d’histoire : c’est à l’occasion de L’Expo 67 que des québécois ont conçu ce projet d’ouverture au monde.

TOUTES LES INFORMATIONS SONT LE FRUIT D’UNE ESTIMATION DE MA PART. LES RÉFLEXIONS SONT DE NATURE PLUS ÉMOTIONNELLE  QUE SCIENTIFIQUE. ALORS PRENEZ CELA COMME UN RÉCIT  DE MISSION TRÈS « MADELEINOIS ».

Le quotidien,

12 heures de jour, 12 heures de nuit, c’est l’Équateur, le soleil se lève 365 jours par an entre 6 et 7 heures,  et se couche 365 jours par an entre 18 et 19 heures.  Il fait toujours chaud, très chaud. Vive les saisons au Québec !

À compter de 13 heures, on dit bonsoir,  allez savoir pourquoi!

Il y a 4 heures de décalage avec le Québec. Il est midi à Ouaga, il est 8 heures du matin ici.

Ça va? Ça va, Et la famille? Ça va? ça va!

Une poignée de main à tous les matins, le midi, le soir, et cent fois par jour. Puis « bonne arrivée » à tout bout de champs.

La monnaie

C’est le CFA ( franc de la communauté française d'Afrique ), 10,000 CFA valent 25 $.

1,000 CFA = 2,50 $

100 CFA = 0,25 $ l’équivalent d’un pourboire, non obligatoire au Burkina Faso.

Le cinéma.

Le coût d’une place au cinéma est de mille CFA,  une fortune pour 90% des Burkinabés. Il y a 2 cinémas pour une ville de plus de 1 million d’habitants. Un film joue dans un cinéma et généralement le même film dans l’autre cinéma la semaine suivante. S’il n’y a pas assez de spectateurs pour payer le coût de l’électricité de la projection, c’est simple on annule la projection! Parfois le film arrête en plein milieu, pas de problème, on repasse du début en accéléré, heureusement, et le film continue jusqu’à la fin comme par miracle…

Par contre, un film américain, « La Recrue » avec Al Pacino attire les foules; les enfants sont assis sur leurs parents.

Si vous désirez connaître la programmation, pas de problème, sautez sur votre scooter et allez voir sur place, c’est la seule façon de peut-être savoir ce que vous verrez le soir même ou que vous auriez pu voir le soir même!

Chanceuse que je suis, j’y ai cependant vu 2 formidables films africains. L’un sur les vétérans de la guerre alliés avec la France, qui n’ont pas encore reçu leur pension et l’autre un policier « Traque à Ouaga ». Les africains ont un très grand sens de l’humour et tout le monde rit pendant les projections. C’est aussi ce que je fais souvent ici. Je me sentais donc très à l’aise.

À tous les 2 ans, le Burkina Faso est l’hôte d’un Festival de Cinéma Africain de très haute qualité, reconnu à travers le monde. Actuellement, il y a un festival Québécois et le film d’ouverture a été  « La Grande Séduction ». Dommages, je n’y étais pas.

Ça va ? ça va. Et la famille ? Ça va? ça va.

Le Laogon

À cinquante kilomètres  de Ouaga, il y a un site international de sculptures où à tous les deux ans, des sculpteurs du monde entier se réunissent pour un Symposium sur les thèmes de l’homme, la femme, la nature, la vie, la paix. Chaque sculpture a une symbolique différente, souvent à deux faces, le côté bon de l’homme sur une face et le mauvais côté sur l’autre face. Cela a donné de véritables chefs-d’œuvre de pierre avec une symbolique poétique à couper le souffle.

 

Malheureusement, rien n’est et ne peut être publié sur le sujet. Mais les guides sont des érudits en la matière.

À voir absolument et pour au moins une demie journée, mais prévoir un pique-nique car on n’y sert que des sucreries, des ‘colas’ en québécois.

Privilège du concessionnaire de l’endroit, nous y avons mangé des poulets grillés attrapés et tués devant nous juste avant ou plutôt deux heures après l’attente de leur hyper cuisson. Il y avait deux poulets rachitiques pour huit personnes. Voilà le contraste constant en Afrique, la richesse humaine du peuple et la pauvreté matérielle omniprésente.

Un coup de vieux.

Mamie par ci, mamie par là, dans la famille où il y avait un enfant de deux  ans, c’était un peu normal, mais dans la rue où on me salue aussi souvent en Mamie qu’en Tantie, cela donne  un grand coup de vieux ou de vieille!!C’est selon…

Ça va? ça va! Et la famille? Ça va ? ça va!

Un pays sans peur.

J’ai été dans des milieux mal famés comme La Main d’ici, et je n’ai eu aucune peur, faut dire que je ne suis pas peureuse de nature, mais au Burkina Faso, il n’y a aucune crainte à y avoir, car les voleurs pris sur le fait par leurs compatriotes peuvent être  tabassés à mort par ceux-ci, car on dit qu’il est tellement difficile de gagner sa vie que le voleur ne mérite pas de vivre. Si une ambulance est appelée, elle ne prendra peut-être pas le blessé grave .

P.S. Cette description se passait en 2004, j’y suis retournée en 2007 et ce n‘était plus du tout pareil, on m’a prévenue d’être plus prudente et cela se sentait.

La richesse,

Il y a beaucoup de monopoles au Burkina Faso et probablement en Afrique entière : Air France, Shell, Coke, Omo, Craven A pour ne nommer que ceux-là.

Il y a aussi au centre ville, quelques FLAMBOYANTS ÉDIFICES à en être scandalisés; ce sont des banques gigantesques, des ministères, des ambassades, et à côté, tout près des gens qui vivent dans la rue.

Le quartier des ambassades, Ouaga 2000 situé complètement en dehors de la ville est un ghetto de pouvoir et d’argent.

Il n’y a que peu de mendiants,  beaucoup moins qu’à Montréal, j’en ai rencontré 3 ou 4 en tout et partout.. ( Toujours en 2004 ) Pourquoi? les burkinabés sont très fiers, ils trouvent le moyen de vendre quelque chose dont vous avez besoin.

Il n’y a pas de grands magasins, tout se vend sur la rue, du chaudron à la toilette en passant par les meubles, les kleenex, les produits de beauté, les jeans, les foulards de soie, les balais, les pelles à neige et oui, les Nikes,  les DCs  injouables ou inexistants dans la boîte, une petite arnaque de leur part, les babouches, les T- shirts, le bois de chauffage, les biscuits de sésame, les arachides sucrées ou salées, produit local très bon, elles sont petites mais délicieuses, le charbon en paquets de 1 kilo ou de poches de 20 kg, des pilules contre le palu ou le sida ou la grippe, le tout à l’unité vendu  par n’importe qui, et pour n’importe quoi.

Tous ces produits ou presque sont aussi transportés sur la tête des femmes à travers les scooters. Elles ont un port de tête magnifique et peuvent transporter aussi bien un énorme et débordant panier de fraises fraîches, certainement hors de prix, disons quinze mille CFA pour un kilo en  vrac et ce sur une mobylette et entre les énormes trous, ainsi que du lait  en vrac et ce sans en renverser une goutte ……je ne l’ai pas vu mais entendu et j’y crois.

Ça va? ça va! Et la famille? Ça va? ça va!

L’eau froide devient chaude..

Il n’y a pas d’eau chaude dans 95% des maisons, et on est chanceux si on a une maison, car 90% des gens vivent dans la rue, dans des cabanes, des petits abris.

Bon, l’eau chaude… très peu de maisons en ont cependant,  système D  oblige,  on s’en fabrique. On se lave deux fois par jour à Ouaga, le matin et après la période de repos vers 17 heures. Le tout se fait avec de l’eau chauffée sur feu de bois puis mise dans une chaudière en plastique de couleur fluorescente et tiédie avec l’eau froide de la douche, très semblable aux nôtres même les plus modernes, et on se rince à l’eau froide. Il fait tellement chaud, au Burkina Fachaud, c’est un plaisir……

Entre midi et 15 heures, impossible de faire quoique ce soit tellement c’est chaud et humide, pas de jogging….ni de marche rapide…ou de trampoline.

Tous les jours, il fait une chaleur semblable à nos trois ou quatre journées de canicule en été ici, tous les jours, pas de répit. Même les africains trouvent cela difficile.

Quelques nuits seulement, je n’ai pas eu à faire fonctionner l’air climatisée, qui ne l’est pas, en fait  c’est un ventilateur, car il a fait froid, +- 20(C

Il y a peu de météo à la télé cela ne servirait pas à grand chose. La télé est surtout française, TV 5 est très présent.

Ça va ?, ça va. Et la famille, ça va?, ça va.

Le palu

Une très grande proportion de Burkinabés souffre de paludisme, le palu, la malaria pour nous. Très souvent, ils ne peuvent travailler pour des périodes plus ou moins longues. Ils se reposent par terre à l’ombre et prennent de la quinine.

Je n’ai pas  attrapé le palu, car j’ai pris toutes les précautions nécessaires et à tous les soirs, au coucher du soleil, je me couvrais toute la peau visible et atteignable avec une crème anti-moustique chose que j’haï à mort, mais la VIE oblige.

Le téléphone

Le téléphone…..très important pour une coopérante isolée.

Le Burkina Faso a fait un très grand travail concernant les communications. Les gens de la classe moyenne supérieure, +- 10%, ont un cellulaire et communiquent beaucoup entre eux. Cependant comme ils ont très peu de moyens financiers, ils attendent à la dernière minute pour acheter une nouvelle carte d’appel souvent, au feu rouge.

Donc,

ils n’ont plus de CFA à leur disposition ou

la batterie est à terre !!!! ou

il y a trop de communications en même temps donc ‘rappeler plus tard’ ou c’est très cher surtout pour des appels outre-mer donc……on doit oublier ce mode de téléphonie.

Autre possibilité de communiquer par  téléphone. Les téléphones sous clé qu’une seule  personne détient et qui n’est jamais proche… On peut y recevoir des appels mais on ne peut pas en faire sans avoir la clé et ceci au travail et à la maison aussi. Pas très pratique…..

Autre moyen et le plus facile finalement, les cabines téléphoniques où un préposé vous charge selon le temps utilisé et le genre de communication que vous faites. Il faut cependant  vérifier subrepticement  le compteur qui doit être à zéro avant de faire l’appel. Cela peut coûter entre 250 CFA  et 4,500  CFA  ( $ 0,25 et $ 11, 25 )

L’électricité

IL y a souvent des pannes d’électricité plus ou moins longues mais surtout on ne sait pas pourquoi ou encore c’est parce que l’on a oublié de payer son compte…Dans ce cas,  le chauffeur va le payer en auto rapidement.

Tout se fait en auto, en scooter, en vélo, à pieds surtout quand on manque d’essence dans la voiture, tellement courant. Cela m’est arrivé trois  fois, deux avec le chauffeur, une avec M. Magan, ce qui m’a donné l’occasion de conduire, au neutre, dans Ouagadougou  pendant que le propriétaire poussait jusqu’à un endroit où il pourrait stationner son véhicule jusqu’au lendemain.

En passant, sa voiture était,  de conduite manuelle, mais il ne changeait pas de vitesse, je crois que la 3ième et la 4ième étaient un mystère pour lui…De plus, on ne s’attache pas en Afrique ou si peu…habitude difficile à reprendre au retour.

Ça va? Ça va. Et la famille, ça va? Ça va.

La circulation

La circulation est infernale. En cinq semaines, je n’ai pas encore compris comment je pourrais conduire dans cette jungle de motorisés, d’animaux et d’humains. J’ai pourtant déjà conduit à Paris sans problème. Il y a 1 % de voitures d’ambassades, +-25 % de voitures de 1950 non entretenues, ils n’ont pas d’argent, tout est à la petite semaine…,+-70 % de scooters,

+- 25 % de bicyclettes,+- 10% de gens à pieds et des ânes qui traînent à leur rythme ou à l’arrêt… n’importe quoi. Cela fait plus de 100%, c’est exactement l’impression que l’on a.

IL est donc  très difficile de traverser les rues, le jour, que dire à 19 heures ? Cela m’a pris certainement de 25 à 30 minutes une fois et rendue de l’autre côté, j’ai presque eu des applaudissements  des vendeurs burkinabés qui ont regardé mon périple en riant et moi aussi, que faire d’autre!

Ça va ? ça va! Et la famille ? Ça va ? ça va !

Le Québec

Imaginez…Le Québec est présent ici. Eh oui! Une dame de Brossard a un MAQUIS *** à Ouagadougou près de l’aéroport. C’est un rendez-vous pour les québécois de passage le vendredi soir,  mais évidemment ouvert  à tous. J’y suis allée et j’y  ai dégusté une ‘ pizza à la québécoise’ délicieuse… un peu sucrée, farcie genre omelette tournée, salami présent mais certainement très cher donc peu, bref, ça n’avait rien à voir avec nos pizzas Mike’s ou Piazzetta  mais dévorée, après près de deux heures d’attente, seule, pas un québécois ce soir là.

Heureusement la télévision y était, elle est partout dans les endroits publics, et emballée, couverte d’un tissu pour la protéger du soleil, non je crois plutôt de l’humidité, sais pas et chacun peut changer le poste à sa guise, il suffit de se lever, de choisir son poste et d’attendre qu’un autre client en préfère un autre, c’est leur façon de zapper….

Les taxis

Les taxis ‘ verts’ , vous connaissez? Et les ‘blancs ‘?Non ? Les ‘ verts’  entassent le plus de clients possible, arrêtent sur leur  chemin pour faire monter une personne avec sa bicyclette, son poulet vivant  ou encore son plat d’arachides  sur sa tête et vous chargent cent CFA ou rien du tout si vous n’avez pas de monnaie, mais attention, pas trop souvent…

Il y a aussi les taxis’ blancs ‘ avec des compteurs, du quartier des hôtels qui vous chargent certainement dix fois plus cher que les taxis ‘verts’ qui ne se trouvent pas en zone hôtelière mais à cinq cent  pas plus loin; une petite marche ne coûte pas très cher mais rapporte bien à condition de n’avoir pas froid aux yeux.

  Une bagarre a failli éclater devant un hôtel parce que je m’étais aventurée à demander le prix d’une course à un taxi ‘ blanc ‘ puis j’ai changé d’idée. Un simple citoyen voulant me rendre service comme ils savent si bien le faire et le chauffeur de taxi ‘blanc’, le taxi, pas le chauffeur, se sont mis à s’engueuler, j’ai alors dit au chauffeur ‘noir’ du taxi ‘blanc’ que je ne prenais pas son taxi et le litige s’est arrêté là, heureusement. J’ai alors continué ma route avec mon protecteur qui m’a gentiment arrêté un taxi ‘vert’ . C’est ça la gentillesse des burkinabés.

Ça va? Ça va. Et la famille, ça va?, ça va.

Le tourisme

J’ai eu la chance vers la fin de mon séjour de visiter un peu la campagne, assez pour me faire réaliser combien la ville de Ouagadougou est polluée.

Le Burkina Faso n’est pas un pays très touristique, cependant il y a des lieux intéressants à visiter dont les petits villages et leur TROU, la taverne  du pays, les seules,  un véritable trou dans la terre dans lequel on accède par un tronc d’arbre dans lequel on a sculpté des marches. Seules les femmes descendent pour faire de la vannerie de bananiers pour nous les’ tous risques’. La légende dit que lorsque les femmes remontent avec très peu de paniers tressés, c’est qu’elles ont discuté beaucoup et probablement fait avancer un peu plus le pays dans son cheminement vers l’autonomie. D’ailleurs les femmes sont un moteur des plus important dans le développement de ce pays francophone.

Le rôle majeur des femmes du « Pays des Hommes Intègres.»

 Ce pays est l’hôte de nombreuses rencontres mondiales et africaines sur le développement et l’alphabétisation des femmes en particulier, la nutrition des enfants, l’aide aux groupes de femmes qui veulent partir de petites entreprises ou simplement pour obtenir de l’aide technique pour creuser un puits qui servira à tout un village ou même une ville de quelques milliers d’habitants.

Les femmes sont le principal moteur du développement et de l’instruction des enfants.

Les orages

J’étais à la fin de la saison des pluies, en septembre. Les orages, c’est fantastique. Le vent s’élève rapidement et très fort. La pluie tombe sur les toits de tôle, c’est extraordinaire. Cela me rappelle les orages d’été au bord du fleuve pendant lesquels la famille jouait aux cartes  avec le fleuve en furie tout près.

Cela dure souvent très longtemps, c’est génial. Cependant le lendemain, c’est l’enfer. La gadoue à Montréal et nos minuscules nids de poule dans les rues ne sont rien, rien à côté de leurs gigantesques trous, nids d’éléphants, les seuls que j’ai vu d’ailleurs, rivières et fleuves de boue dans lesquels ils faut passer à pied ou en voiture, c’est aussi terrible.. si vous voyiez le louvoiement des bagnoles pour ne passer que dans le plus petit trou et cela constamment et à cinq milles à l’heure…  Et les scooters ….Vive le Québec sec!..

La bouffe

On mange beaucoup de poulets mais peu de viande de poulet, ils sont tellement maigres ça vous coupe l’appétit, heureusement…ils sont bien cuits. Les petites arachides sont aussi délicieuses. Mon hôte Cécile, généreuse comme ils le sont tous, m’en avait  donné au moins trois kilos pour mon retour en avion, ce qui m’a occasionné toute une entourloupette (entendons discussion), pour ne pas devoir les laisser aux douaniers.

Ça va ? ça va ! Et la famille? Ça va? Ça va!

VISA

Ce que j’ai trouvé le plus facile à Ouaga, c’est de retirer de l’argent avec ma carte Visa. Cela se fait comme un charme lorsque enfin, quelqu’un un enfant bien sur,  m’a indiqué ou même est allé me montrer LA banque qui offre ce service, après de nombreux détours inutiles, mais charmante promenade!


Confidentialité

Même malgré la présence d’un veilleur de nuit à presque toutes les maisons, tout est toujours barré À DOUBLE TOURS, pour vrai, un tour de clé puis un autre tour de clé. Cependant pour chacune des portes, il y a trois clés, une pour toi, une pour la servante de la maison et n’importe qui, qui en fait la demande et une autre qui doit être rangée quelque part. La 2ième sert très facilement à tous, ce qui fait qu’il y a peu de vie privée, ce qui est très difficile à accepter.

Une anecdote..  Un jour, au retour du travail, que vois-je DANS ma chambre, trois beaux grands jeunes hommes noirs magnifiques, quel fantasme! ils sont à poser le moustiquaire dans ma fenêtre; c’est tout ce qu’ils ont fait sauf déplacer mon lit qui pesait une tonne là où je le désirais. Il  n’y avait aucune crainte à avoir, la confiance règne dans ce pays, cela est extraordinaire.

La vie de famille et les rapports entre eux font que tout le monde sait tout   sur tous. Ce n’est pas évident pour quelqu’un qui a une toute autre mentalité!

Les animaux

Des chiens, chaque maison a le sien, mais personne ne les nourrit. Matin et soir, on entend la meute de chiens du voisinage crier, pleurer mais sans espoir autre que les vidanges du quartier. Les oiseaux, des tourterelles à dos rouge, couleur de la terre, et les oiseaux de proie maigres comme les poulets de tout à l’heure, que les voisins tirent à la carabine à côté de nous dans la cours à la brunante, c’est peu comme vie animale en ville.

Mon cadeau.

J’ai travaillé étroitement avec six employés africains. Ce fût une très belle rencontre je crois de part et d’autre. Ce furent des échanges humains et professionnels très enrichissants et je crois que seulement cela valait les efforts et les dépenses encourues de votre part. Je crois aussi, bien humblement, leur avoir apporté un peu d’espoir, d’ambition et de curiosité pour leur vie professionnelle et personnelle. Je les aime profondément, ils font parti de ma vie.

Voilà à peu près ce que j’aurais voulu communiquer à ceux que j’aime lors de ma présence dans ce merveilleux pays qu’est le Burkina Faso. J’espère que ces réflexions  ont su vous intéresser.

On dit : L’Afrique ne se raconte pas, elle se vit;  je vous le souhaite de tout cœur!.

En toute amitié et humilité.

Madeleine ( mmmartel@videotron.ca )

***restaurant en plein air avec des « bécosses » à la Lise Watier ou plutôt besoin de gallons de ses produits et encore….

P.S. Ces propos n’engagent que leur auteur.  Vos commentaires sont les bienvenus. Merci.


Plan du site |