RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police
 VOYAGES
Accueil
Apprendre une langue
Associations de voyageurs
Avant de partir
Conseils
Dangers de voyager
Groupe de discussion «Voyages»
Guides touristiques
Orientation en voyage
Récits de voyages des membres
Restaurants
Santé -Voyages
Tour du monde
Un peu de tout
Véhicule volant
Voyage - aide
Voyages (Récits)
Voyages écoresponsables
Voyages en avion
Voyages pas chers: location, échange, ...
 
BALLADE EN BAJA CALIFORNIA par Gervais d’Astous (2006)
La Baja California vous connaissez?  Appendice de la Californie, séparée du Mexique dont elle fait partie par la Mer de Cortez, la péninsule de la Baja California est probablement la région la plus méconnue de toute l’Amérique du nord.

Il faut dire que son histoire ancienne est beaucoup plus modeste que celle de ces voisins. Les plus vieux sites historiques remontent aux missions jésuites du début de la colonisation espagnole. Selon  plusieurs Américains, elle est le plus fidèle reflet de ce qu’était le Far West il y a un siècle. A San Diego, lors d’un copieux dîner,  avec des amis, nous décidons d’en faire le tour  en voiture.

Nous entrons en Baja via Mexicali, capitale de l’état Baja California Norte. Destination? San Felipe, sur la Mer de Cortez. Nous voyageons avec des Suzuki  4x4.  La route pour San Felipe est belle. Nous faisons notre premier pique-nique sur un magnifique terrain sur le bord d’un lac  dont le  propriétaire nous laisse profiter des aménagements gratuitement. San Felipe est encore une petite ville, mais à voir tous les chantiers de construction qui s’étirent sur des dizaines de km.,  elle ne le sera plus longtemps. On a l’impression d’être dans la cour arrière des Américains.

Dès que nous quittons San Felipe direction sud, la route devient une piste pour 4x4  jusqu’à Bahia de Los Angeles, une distance d’environ 250 kms. En fait, c’est une section de la piste où se tient annuellement la fameuse course de 1000 milles pour tout terrain. Nous longeons le Mer de Cortez. Les paysages sont époustouflants. La moindre petite baie est envahie par des Gringos qui y ont construit des chalets. Comme à Alfonsina, dans la Bahia de San Luis de Gonzagua où niche le seul hôtel de la région, les gens s’y rendent avec leur gros tout terrain ou avec leur petit avion privé. Certains retraités américains vivent dans la région depuis plus de 25 ans.

Bahia de Los Angeles est accessible par une route pavée. C’est un magnifique petit village, dans un décor grandiose,

se donnant des airs de centre de villégiature. De nombreux  chalets bordent la plage, mais aussi beaucoup de véhicules récréatifs. La mission de San Borja de Adac est dit on, une des mieux préservée de la Baja. C’est certainement la plus typique. Pour s’y rendre, nous devons emprunter une piste sur 24 kms. La mission se présente telle qu’elle existait il y a des siècles, édifiée dans une petite oasis au milieu du désert. Une seule famille vit sous son ombrelle tout en s’occupant de son entretien et des sources d’eau chaude attenantes, servant pour la baignade en saison. Le petit musée de Bahia de Los Angeles nous donne un bon aperçu de l’histoire de la région.

Guerrero Negro, notre prochaine destination, est l’hôte de la plus grosse compagnie au monde, produisant du sel de mer, soit plus de 9 millions de tonnes annuellement. Nous avons été témoin dans la Laguna Oja de Liebre, du plus beau ballet jamais donné par des baleines. Cette lagune est un des lieux préférés des baleines grises pour le vêlage et l’accouplement. Celles-ci sortaient la moitié de leur corps de l’eau et plongeaient au milieu de montagnes d’éclaboussures. Les mâles quand à eux, faisaient les beaux, se promenant tous la queue en l’air. Tout un spectacle!

 

 

Nous nous rendons ensuite à San Ignacio, un magnifique village de 2500 habitants, construit dans une superbe oasis, autour de la mission: un endroit de paix et de rêves. Le musée local nous renseigne sur les peintures rupestres que l’on retrouve dans plusieurs grottes de la région. Une petite balade nous amène à Santa Rosalia, ville minière construite par une compagnie française vers 1880. Même si la mine est fermée depuis une cinquantaine d’année et que les bureaux ont été transformés en centre d’interprétation, la ville toute entière se donne des airs de musée avec ses maisons tout en bois avec balcon et porche. Vous pouvez encore vous y procurer les meilleures baguettes de tout le Mexique. 

 

 

Les  villes de Mulege et de Loreto, construites sur le bord de la Mer de Cortez, sont vraiment le terrain de jeux des américains. Ces derniers sont partout et la moindre petite baie à l’intérieur de la Bahia de la Conception est remplie de véhicules récréatifs provenant de l’ouest américain et canadien. Les paysages de la région sont magnifiques. La route zigzag entre la plaine et le ciel, la mer et la montagne. C’est l’endroit rêvé pour qui aime la pêche. Loreto fût la première capitale de la Baja. Son centre ville bien aménagé, invite à la détente et ses nombreux restaurants tiennent votre estomac en haleine.

La Paz, capitale de la Baja del  Sur, est une magnifique petite ville, moderne, bien aménagée et propre. Sa jetée est la plus belle que nous ayons vu dans tout le Mexique. C’est une ville où il fait bon marcher. Comme dans toute bonne capitale, une multitude d’attrayantes boutiques sollicitent votre clientèle. La ville  est entourée de superbes plages, elles même envahies par les campeurs. Cabo San Lucas, station balnéaire de réputation internationale, n’est qu’à une couple d’heures de route.

 

 

 

 

 

 L’impressionnante marina nous rappelle que nous ne sommes malgré tout,  pas très loin de la Californie. Une foule d’excursions touristiques, sur terre ou sur mer,  sont offertes, pour le plaisir des  touristes. C’est l’endroit tout désigné pour admirer des otaries ou des lions de mer se faire griller au soleil.

Nous entamons notre remonté vers le nord par un arrêt à Todos Santos, petite ville  réputée  pour le travail de ses artistes et artisans.  L’artisanat est très diversifié et de bonne qualité, bien qu’assez dispendieux. Tout, en Baja, est  beaucoup plus onéreux que sur le continent. La raison, dit on, est qu’auparavant, tout provenait des Etats-Unis, incluant les fruits et légumes. Aujourd’hui, bien que beaucoup de produit origine du Mexique continental, les frais de transport gonflent les prix. La ville de San Carlos est, dit on, un des meilleurs endroits pour observer les baleines. Nous n’y fûmes pas aussi chanceux que dans la Laguna Oja de Liebre. Nous avons bien vu plusieurs baleines, dont un couple jouant au papa et à la maman (selon les  compétences de notre capitaine )  mais c’était le calme plat comparé à ce que nous avions déjà vu.

Remontant toujours vers le nord, nous quittons la route, pour nous rendre dans les montagnes de  San Francisco de la Sierra, jeter un œil sur les originaux des peintures rupestres dont nous avions admirées les copies au musée de  San Ignacio.  Cueva del Raton est le plus accessible de ces sites, faisant tous partis de la Réserve de la Biosphère El Vizcaino  et proclamés Patrimoine Mondial de l’Humanité  par l’UNESCO.  La plaine encerclant la ville Ciudad Constitution dans le sud et celle environnant la ville d’Ensenada dans le nord, sont les seuls endroits propices à l’agriculture que nous ayons vus. Ces deux régions sont spécialisées dans la culture maraîchère qu’elles pratiquent de façon industrielle. Ensenada est la ville exotique privilégiée des Californiens. Ils sont partout, et en grand nombre à marcher, flâner, en un mot, à jouer au touriste.

 Nous retournons aux États-unis via la Vallée de Guadalupe, la région viticole par excellence du Mexique.

Plusieurs producteurs nous invitent à tester nos pupilles gustatives, et cela gratuitement. Nous avons été reçus comme des rois au vignoble L.A.CETTO, où nous testons et goûtons, vins, liqueurs et brandy, tous très délicieux, et terminons  par une dégustation vin et fromage dans les jardins du vignoble. Y a-t-il meilleure manière de terminer notre tournée de la Baja?

Bien que la Baja soit très différente du Mexique continental, c’est avec un grand bonheur que nous découvrons que la chaleur humaine, la joie de vivre, l’hospitalité et la convivialité de ses habitants y sont  les mêmes. 

Gervais d’Astous ( gervaisdastous@yahoo.ca )


Plan du site |