RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police
 VOYAGES
Accueil
Apprendre une langue
Associations
Avant de partir
Conseils
Échange et location
Groupe de discussion «Voyages»
Guides touristiques
Restaurants
Tour du monde
Véhicule volant
Voyages (Récits)
 
Afrique
 
Amérique centrale
 
Amérique du sud
 
Antilles
 
Asie
 
Australie
 
Canada (moins le Québec)
 
États-Unis d'Amérique
 
Europe
 
Europe (France)
 
Inde, Bangladesh et Sri Lanka
 
Mexique
 
Moyen-Orient
 
Québec
Voyages en avion
 
Carleton-sur-Mer, Gaspésie par Gilles Landry membre du C.A.du RIAQ

Jacques Cartier fut le premier visiteur éminent à s'arrêter à Carleton le 9 juillet 1534, qu'il nomma « la baye des Chaleurs ». N’y trouvant pas le passage vers les Indes vue le rétrécissement de la Baie, il retourna sur ses pas et planta une croix à Gaspé, prenant officiellement possession de cette nouvelle terre au nom du roi François 1er, le 24 juillet 1534. Terre appelée Kanata par les Micmacs de Gespeg (fin des terres). Le nom « Canada » vient du mot huron ou iroquois « kanata » qui signifie « village ».

C'est en 1766, après la fameuse dispersion de 1755-1760, que les Acadiens vinrent s'établir officiellement à Carleton. Charles Dugas fut l’un des premiers pionniers à s’établir à Tracadigash avec les Landry, Leblanc, Comeau, Alain, etc. Plus tard sous la domination anglaise le nom Tracadigash (qui veut dire, lieu où il y a des hérons) fut changé pour Carleton en l’honneur de Sir Guy Carleton, gouverneur d’une partie du territoire.

Vers la fin du 19e siècle, la riche bourgeoisie du Québec se donne rendez-vous chez nous. Les villas d'été surgissent et Carleton-sur-Mer devient un centre de villégiature renommé et élégant. Avec l'arrivée du chemin de fer en 1895, la région se trouve à seulement quinze heures de train du centre de la province. Ce voyage nécessitait dix jours et plus à l'époque de la navigation à voile. Depuis, cette terre d'adoption des Acadiens demeure toujours aussi attrayante et invitante. Aujourd’hui, Carleton est reconnu comme pôle touristique très important en Gaspésie. Ses résidents vous accueilleront en amis et se feront un plaisir de vous renseigner ou tout simplement de « piquer une jasette » avec vous.

Le Mont Saint-Joseph est particulier pour bien des raisons : il est parmi les plus hauts sommets de la région de la Baie-des-Chaleurs. On y recense une longue tradition de pèlerinages. On y retrouve l'Oratoire Notre-Dame-du-Mont-Saint-Joseph sur son sommet. Mais surtout, c'est une des rares montagnes, dans l'Est, accessible en voiture et qui offre des panoramas aussi spectaculaires sur la mer.

La route de la Montagne vous amène au sommet du mont Saint-Joseph, à une altitude approximative de 555 mètres. Au sommet, à partir d'une spectaculaire passerelle qui surplombe le Cap-Ferré, se déploie devant vous toute la splendeur de la région : les montagnes de l'arrière-pays gaspésien, la plaine littorale de la Baie-des-Chaleurs, le magnifique plan d'eau du même nom, Carleton-sur-Mer et son barachois triangulaire ainsi que la côte acadienne du Nouveau-Brunswick.

À l'intérieur de l'Oratoire Notre-Dame-du-Mont-Saint-Joseph, l'exposition « Un chemin vers la lumière » raconte la longue tradition de pèlerinages sur la montagne.

De plus, une série de panneaux d'interprétation, jalonnant la passerelle, relate les faits marquants de l'histoire et de la géographie régionale. De cet endroit, vous pouvez également avoir accès au réseau de sentiers pédestres Carleton-Maria.

Le Barachois

Article à venir:
Historique de l’église de Carleton,  plus vieille église catholique du Diocèse de Gaspé et historique du phare de la pointe Tracadigash.

Source:
Écomusée Tracadièche et Gilles Landry


Plan du site |